Préparez votre concours d’entrée à une école d’infographie, 3D et graphisme


Passionné par les métiers de l’image, de l’animation, vous êtes décidé à en faire votre métier. Le chemin le plus court : intégrer une école d’infographie, de 3D ou d’arts appliqués. L’entrée dans ces écoles se fait le plus souvent sur dossier, entretien, et/ou concours. Pour mettre toutes vos chances de votre côté, suivez les conseils de pros.

Ne venez pas les mains vides !
Les examinateurs vous demanderont votre book, des exemples de dessins, de créations 3D, que vous aurez réalisés.

Cultivez votre culture de l’image.
Aujourd’hui, on demande aux candidats d’avoir un bagage et une sensibilité artistique mais aussi une maîtrise aboutie des outils informatiques de base. Bien connaître les outils de la suite Adobe Creative CS5 est une nécessité dans la plupart des écoles. En effet, les cursus denses ne vous laisseront guère le temps d’apprendre les fondamentaux de ces logiciels incontournables.

Connaître le vocabulaire spécifique est aussi une nécessité. N’allez pas demander ce que signifie un « détourage » lors de votre entretien ! Cela risque de sérieusement écorner votre crédibilité. Les logiciels libres – et donc gratuit – ont la cote également dans le monde du travail, connaître  Gimp peut être un atout. En tous les cas, cela ne fait pas de mal à sa culture générale !

C’est bien votre culture de l’image qui sera décisive dans parcours d’entrée. Surtout si vous vous orientez dans la 3D. Car pour rentrer dans la troisième dimension, les logiciels ne manquent pas. Ils ont tous leurs caractéristiques propres pour des objectifs bien précis, animation, architecture, etc… Autodesk Maya, 3ds Max, Cinema4d, Blender, SketchUp, Zbrush, etc… En connaître au moins un, c’est s’assurer d’avoir les bases pour bien comprendre les autres. Vous avez déjà les fondamentaux ? Alors allez plus loin et apprenez la 3D de la modélisation du skinning, au texturage aux moteurs de rendu tels que V-ray (leader dans l’architecture) ou Mental Ray (référence en rendu photo réaliste).

Soyez ouverts !
Aujourd’hui, connaître et maîtriser les outils de l’infographie 2D, 3D et de l’animation n’est souvent pas suffisant dans le monde professionnel. La transversalité est indispensable, il faut connaître les bases du webmaster et celles du webdesign afin d’exploiter au mieux ses créations sur la Toile.

Une fois les bases solides acquises, vous serez plus à l’aise pour convaincre le jury du sérieux et de la qualité de votre motivation.

Pour vous donnez toutes les cartes en main, Elephorm vous accompagne dans votre parcours de formation.
– Jusqu’au 31 mai, profitez d’un bon d’achat de 10 € en nous envoyant par mail une preuve de votre inscription à un établissement à university@elephorm.com
– Pour une formation personnalisée à distance orientée concours d’entrée. Faites nous une demande de devis. Mettez toutes les chances de votre côté !

 

Ils sont 4 commentaires

Ajoutez votre commentaire
  1. 1
    Arf

    Alors, cela voudrait dire que les écoles « encouragent » d’une manière ou d’une autre le piratage des logiciels Adobe et Autodesk (pour les futurs candidats) ?

    Certes, Photoshop est dispo dans sa version Elements, mais pour After Effects, 3dsMax, Maya…c’est une autre paire de manches. Et les trials de 30 jours ne suffisent généralement pas pour adopter ne fut-ce qu’une petite partie du logiciel…

  2. 2
    gilles

    Pourquoi donc ?
    Il existe des solution pour avoir les logiciels de manières légales lorsque l’on est un étudiant. Les « student licence » existe chez adobe et Autodesk depuis plus d’une décennie, on paye le logiciel environ 10% de prix.
    De nombreux éditeurs on maintenant de PLE, Personnal Learning Edition, qui permettent d’obtenir le logiciel gratuitement avec juste des limitation au rendu ou sur certaines fonctions.
    Concernant Autodesk, il y a aujourd’hui le site http://students.autodesk.com qui pourra vous permettre de récupérer les logiciels du géant américain, gratuitement si vous êtes étudiant.
    Alors, pirater quand on est étudiant parce que l’on a pas le choix, c’est une fausse excuse et encore moins encouragé par les écoles !

  3. 3
    Arf

    Je me suis mal exprimé, je voulais parler du cas lorsqu’on est encore lycéen et que l’on souhaite entrer aux Gobelins par exemple. Quand bien même on aurait l’excellent niveau demandé, notamment en dessin, que faire s’il est préférable de connaitre les principaux logiciels de création graphique ?

  4. 4
    gilles

    Typiquement, pour les Gobelins et Supinfocom, par exemple, c’est vrai qu’il faut avoir un excellent niveau de dessin, une certaine culture artistique, et si on connait déjà un peu l’animation 2D, voir 3D, c’est un plus.
    Le concours d’entrée est très élevé et bien entendu, ils prennent les meilleurs. Donc, connaitre un logiciel 3D, c’est un plus !
    Il n’est pas rare que pas mal de leur éleves arrivent avec un bon bagage et passe par cette case, école à grosse réputation, pour sortir avec le meilleur carnet d’adresse et la meilleure visibilité sur leur projet de fin d’année. Souvent ils ont déjà fait un cursus dans une autre école moins prestigieuse pour acquérir une partie des connaissance en 2D et 3D et arriver au concours avec un bagage technique et artistique déjà important.
    Il est fortement conseillé de se former le plus possible aux logiciels , 2D, 3D et on en trouve de très bons gratuit.
    Blender et Gimp par exemple peuvent tout à fait devenir vos logiciels pour effectuer vos premières expérience en la matière.
    Blender est d’ailleurs aujourd’hui bien plus qu’un logiciel gratuit, c’est un des plus puissant outil 3D du marché ! Il peut très bien devenir votre logiciel définitif…
    Je conseille aussi de faire le plus possible des cours du soir pour acquérir le plus possible les techniques de dessin traditionnel.
    Avec ça, une auto-formation en logiciels 2D et 3D et peut être une ou deux années après le bac dans une autre école que les Gobelins, ça peut être un bon cursus…

+ Laissez un commentaire