Interview : un tuto Photoshop sur le Concept Art


Illustrateur professionnel et enseignant, Antoine Defarges signe pour Elephorm une formation Photoshop complète. Un atelier pratique qui démarre d’une feuille blanche pour obtenir un dessin de science-fiction étonnant. Une oeuvre finale magnifique qui est un prétexte à l’enseignement des outils indispensables pour la réalisation de vus futures illustrations dans un tuto Photoshop de grande qualité. Rencontre avec votre nouvel Elephormateur. 

Quels est votre parcours ?

Antoine Defarges :
Après un bac littéraire j’ai suivi une formation d’auteur/dessinateur de BD sur trois ans, avec une option retouche numérique. Durant mes études j’ai multiplié les expériences dans divers milieux liés au graphisme (imprimerie, agence de communication, travail ponctuel pour la presse). Suite à cela je me suis lancé directement en indépendant et j’ai commencé à travailler pour divers magazines spécialisés comme rédacteur de tutoriels et traducteur. À peu près au même moment j’ai été contacté par l’école E-tribart pour intégrer leur équipe de formateurs, sans doute après qu’ils aient lu un de mes tutoriels. Une activité en amenant une autre je me suis vite retrouvé à travailler à plus-que-plein-temps dans tous ces domaines. Aujourd’hui je suis illustrateur et graphiste indépendant, journaliste, traducteur et formateur, une variété d’activités qui m’offre le luxe de ne pratiquement jamais avoir à chercher de client et de vivre de ma passion.


Comment préparez vous la création de vos oeuvre ? 

Le plus souvent je dois m’adapter à une demande, je commence donc par savoir ce qui est attendu par le commanditaire. Sur un plan plus technique, je me documente beaucoup sur ce qui est fait par d’autres, mais aussi sur un tas de domaines annexes comme l’architecture, l’ingénierie, la nature, etc. J’essaie généralement de réfléchir à l’approche stylistique et pratique que je peux avoir de mon illustration, puis je met mes idées à plat sous forme d’un court texte. Je réalise ensuite quelques croquis basiques pour planifier correctement les grandes lignes (perspective, cadrage, choix de composition…) sur Photoshop ou sur papier, puis je me lance en suivant le processus déterminé durant la préparation. Si je ne me suis pas planté durant mes recherches le travail s’effectue relativement naturellement. Il faut prendre en compte le budget du client, les contraintes de temps, et ne pas se lancer dans de longues nuits blanches si le travail n’est pas suffisamment rémunéré. En un mot, la rentabilité ne doit pas être perdue de vue.

Quelle est votre définition du Concept Art ?
Je ne me considère pas comme un concept artist, mais plutôt comme un illustrateur. La différence se joue principalement dans l’utilisation qui est faite des dessins, puisque je ne travaille pas pour le moment avec des sociétés de jeux vidéos ou de films, mais pour des clients variés, essentiellement dans la presse. Mes illustrations sont le produit final, elles ne servent pas à développer des modèles 3D ou des jeux. Le concept art – tout comme l’illustration au sens large – consiste avant tout à mettre en forme des idées originales, à créer des univers, que ce soit par des décors, des personnages, des objets. Il faut savoir s’inspirer de tout ce qui existe dans le monde réel pour créer quelque chose de purement imaginaire, sans pour autant tomber dans la copie. La mise en scène et le choix des couleurs est également primordial.

Quels conseils donnez à un artiste en devenir ?
Il n’y a pas de secret, il faut travailler. Je dessine depuis toujours et continue d’apprendre, en n’hésitant pas à passer des semaines entières à me remettre en question et m’arracher les cheveux. Les fondamentaux que sont l’anatomie, la perspective et la gestion des ombres et lumières sont indispensables, il faut donc avant tout se former là-dessus. Les logiciels, Photoshop en tête, sont indispensables en termes de productivité et de souplesse mais ils restent secondaires, ce que trop de gens souhaitent ignorer. En un mot, un bon technicien ne fera pas toujours un bon dessinateur, alors qu’un bon dessinateur abordera l’apprentissage d’un logiciel de façon plus pragmatique et efficace. L’autre vrai conseil serait de commencer par acquérir une tablette graphique (si vous voulez travailler sur ordinateur), car sans cela vous serez très vite limité. Enfin, n’hésitez pas à contacter des gens comme moi qui sont souvent prêt à regarder votre travail et le commenter. Souvent les débutants se sentent démolis par la critique, mais au final c’est ce qui fait avancer.

Que vais-je trouver dans ce tuto Concept Art PhotoshopVous allez voir ce qui fait le quotidien de nous autre les ermites. Se poser des questions simples; Que vais-je dessiner? Dans quel style? Quelle sont les solutions techniques qui s’offrent à moi? Vous allez ensuite apprendre à mettre à plat vos idées, à faire des croquis rapides, puis à progresser étape par étape vers l’illustration finale. Ceci passe par des compétences de base à acquérir en matière de perspective et de manipulation du logiciel (une heure y est consacrée) puis sur une pléthore d’astuces que j’ai glanées avec l’expérience ou que j’ai carrément mises en place moi-même. Le savoir se partage, je tiens le mien d’une infinité de sources, et vous devez considérer ma formation comme une des sources qui seront à la base du vôtre. J’aborde la création de formes personnalisées (imitation d’outils réels sur le logiciel), l’utilisation des calques, des modes de fusion, des calques de réglages et donc des outils de retouche de couleurs et de luminosité, la création de volumes via l’utilisation des ombres et lumières, la création d’effets spéciaux (lasers, lumières, reflets sur l’eau)… Mais avant tout, j’ai voulu montrer la totalité des réflexions qui entrent en jeu dans la réalisation d’une image, les essais et erreurs, les aller-retours. Vous allez apprendre à illustrer!

 

+ Pas de commentaire

Ajoutez votre commentaire