Pas besoin d’en connaître un rayon



Je ne suis pas très partisan de l’emploi forcené des effets sur illustrator, mais force est de constater qu’ils facilitent parfois la vie. C’est le cas pour cet effet recherché apparemment par plusieurs d’entre vous et que je démonte pour vous aujourd’hui. N’hésitez pas à changer certains paramètres de l’effet transformation pour obtenir des effets intéressants.

Etape 1

Commençons tout d’abord par sélectionner l’outil polygone (derrière l’outil rectangle, raccourci M) puis en cliquant sur la surface de travail, définir un polygone de 3 côtés avec un rayon de 10mm. La couleur de ce polygone sera noire pour en améliorer sa visibilité (contours nuls).

Il s’agit ensuite d’incliner ce polygone de 90° vers la gauche, puis à l’aide de l’outil de sélection directe, d’étirer le sommet de ce triangle ; on peut éventuellement rapprocher de manière équivalente les deux points qui formaient la base du triangle pour obtenir un grand triangle isocèle qui va servir de cache partiel pour cet effet. Sélectionnons pour cela un à un les points (toujours à l’aide de l’outil de sélection directe) et utilisons les flèches du clavier pour déplacer d’un nombre équivalent de pixels.

Etape 2

Nous allons maintenant utiliser un effet que j’affectionne particulièrement en raison de sa simplicité qui n’a d’égal que sa puissance graphique, l’effet transformation. Sélectionnons la forme triangulaire afin d’appliquer cet effet à à ton tracé selon le chemin suivant : Effet>Distorsion transformation>Transformation. Dans le localisateur de point de référence (les 9 petites mires qui indiquent le point de pivot de la transformation) cliquer sur sur la mire au centre et à gauche : c’est ainsi le point du sommet qui va servir de pivot à la propagation de l’effet.

On indique ensuite une valeur multiple de 3 pour définir l’angle de rotation (pour être compatible avec 360° et tomber juste lorsque l’effet se bouclera) . Activons enfin l’aperçu pour définir le nombre de copies pour les feignants en calcul mental (je suis partie sur 60 copies faites tous les 6° – 6°x60 copies = 360°). Appuyer sur Entrée lorsque l’ensemble des critères est paramétré.

Etape 3

L’avantage de l’effet transformation est qu’il reste dynamique à toutes les modifications que vous allez éventuellement apporter au triangle isocèle de base. Pour ma part, je l’ai encore un peu allongé pour qu’il couvre toute la photo et j’ai modifié sa couleur en un bleu plus profond.

Je vous conseille éventuellement d’appliquer le mode de fusion incrustation qui superpose les couleurs en améliorant les contrastes du visuel d’origine. Baissons finalement l’opacité pour donner davantage la parole à l’image. Si le nombre ou la forme des rayons ne te convient pas, on peut aisément revenir sur la forme de base (Ctrl/Pomme+Y pour l’identifier facilement) pour la modifier

Si on reste dans illustrator, il est judicieux de placer un masque d’opacité pour écrêter l’image et masquer les parties inutiles de tes rayons. Dans le cas d’un export sous photoshop, ne manquez pas d’utiliser la fonction d’objet dynamique qui vous permettra au besoin de revenir sur le rayonnement (ne pas appliquer alors le mode de fusion dans illustrator, mais le faire dans photoshop).

Que la Lumière vous accompagne !

-> télécharger le fichier source en cliquant ici

Image ©Mathew Beeton

+ Pas de commentaire

Ajoutez votre commentaire